Ça fait très longtemps que j’ai envie d’écrire sur ce sujet , et ça fait aussi très longtemps que j’attends pour le faire. Je voulais être sûre de l’écrire au bon moment, de la bonne façon surtout. Mais récemment, j’ai pris la résolution de ne plus laisser un quelconque perfectionnisme m’empêcher de passer à l’action. Bon bref je le laisse sortir comme ça sort.

Cet article me demande du courage. Et si je décide de vous en parler sur le blog, c’est parce que j’espère pouvoir aider un peu celles et ceux qui sont passé(e)s par ce que j’ai pu vivre. Sans rentrer dans trop de détails, je pense qu’il est important de parler de temps en temps  de certains sujets «  difficiles ». Pour ma part, c’est la dépression. Je n’ai pas toujours été heureuse comme je le laisse souvent paraitre. Je fais partie de la catégorie de personnes ayant mille et une humeurs.

Pour connaître le grand bonheur, il faut parfois passer par la souffrance. Et la souffrance (mentale), je l’ai connue. Il y a un an j’ai fait une dépression nerveuse d’une violence inouïe. (Oui je sais, difficile à croire) mais que voulez-vous ? Il faut apprendre à vivre avec ses démons, enfin à l’époque c’était mon crédo. Sept mois plutard, les choses ne se sont pas arrangées. Et  Février a été le mois des « bad news ». (Je vous épargne les détails au risque de ne jamais finir l’article). Au cours de ce mois, l’angoisse a pris possession de tout mon être, je me rappelle , pendant deux jours, je ne suis pas sortie de ma chambre, je n’ai pas mangé, je me suis pas douchée, j’ai éteint mon téléphone, tout ce dont j’avais envie c’était d’avaler des cachets, de sauter par la fenêtre ou me fracasser la tête contre un mur. J’étais prête à tout pour faire cesser ces pensées qui hantaient mon esprit. (Rassurez-vous ma peur de mourir est trop grande donc pas de soucis à se faire sur ce plan);  je voulais juste que ces pensées s’arrêtent. Lol. Je n’étais pas prête pour mourir en tout cas. Là encore je banalise mais ce que j’essaye de vous dire c’est que j’ai fait une  dépression.

Me, Myself And I

Attends t’avais pas d’amis ?des gens qui pouvaient te soutenir et tout ?

Si j’ai des amis, beaucoup mais tenez-vous bien, j’en avais parlé qu’à une seule personne pas parce que je ne faisais pas confiance aux autres mais parce que cette personne est la seule enfin je crois qui arrive un peu à me comprendre et surtout parce que quoi qu’il en soit, cette personne m’aurait dit les choses telles qu’elle les pense, elle ne m’aurait jamais dit ce que j’avais envie d’entendre. Je suis le genre pas du tout communicateur, I mean, je ne sais pas parler de mes angoisses, de mes peurs, etc. Il est hyper difficile pour moi de dire réellement mon mal. Et après tout, chacun doit apprendre à vivre avec ses démons. C’est comme ça que je drainais mon mal pendant des mois. Toutes les décisions que je prenais m’étaient dictées par cette angoisse, jusqu’à ce que je n’atteigne le summum. J’étais au summum de ma dépression, oui, je ne vous parle pas d’un coup de blues, je vous dis que j’ai touché le fond. Je me suis retrouvée déconnectée du monde, j’ai commencé par mal parler aux gens qui m’entourent, je me suis mise à dos pas mal de gens, je ne voulais plus travailler, j’ai repris mes anciennes habitude (ici aussi je vous évite les détails). Bref je n’ai plus vécu.

Pendant longtemps au cours de ma crise je me suis cramponnée à une personne, j’avais une fixation sur cette personne. Bref il m’a supporté, je vous assure. Il était au petit soin à sa manière bien sûr. Je me suis grave attachée à elle. Et du jour au lendemain, au moment où je m’y attendais le moins, cette personne m’a lâché, non m’a rejeté sans aucune raison apparente. Je me suis vidée de toutes mes émotions. J’ai cru à un moment donné que je n’avais plus de vie.

Cela a duré plusieurs semaines, puis j’ai repris ma vie, tout doucement, sans me brusquer. Il fallait que je réapprenne la vie, la joie et la confiance. Je ne vais pas vous cacher que j’ai dû recourir aux médicaments pour pouvoir dormir la nuit . J’ai également appris à donner un break à mon corps. Et Dieu sait qu’il en avait besoin!

Accepter que l’on ne peut pas tout gérer dans la vie, accepter qu’on ne va pas bien, c’est aussi ça le début de la sagesse. Il faut arriver à exprimer ses émotions, je l’ai fait de la façon la plus banale au monde. Il a juste fallu que j’en parle à quelqu’un ; sans le savoir à l’avance, il s’est avéré que cette personne a eu, à un moment de sa vie à gérer  un cas similaire au mien. Cette personne a été vraiment d’une aide pour moi, le fait qu’elle m’est dite « sois forte c’est ça la vie, on y peut rien » m’a soulagé, elle m’a incité à prendre cette série de photo, elle m’a réellement donné le sourire ce jour-là, elle n’a pas eu à faire grand-chose. Elle a juste partagé son expérience avec moi.

Me, Myself And I

 

Il y a un an, je n’avais plus rien à donner. Mais j’ai décidé de faire le deuil de l’ancien MOI et d’aller de l’avant, il va me falloir de la patience, il va falloir  panser les plaies et attendre qu’elles se referment. Ça prendra du temps, beaucoup de temps, je le sais mais j’ai décidé de me faire du bien, de me donner les moyens de réussir dans la vie que j’ai toujours voulu mener. Bref je me reprends en main. Il y en a qui diront: “Elle est sérieuse la ? Elle parle de ça sur son blog?” Bah oui, je m’en fiche! La vie n’est pas toujours rose et ce serait idiot de prétendre le contraire.

Aujourd’hui, je vais  mieux qu’hier, j’apprends à accepter mes problèmes, j’apprends à partager mes angoisses. Et surtout j’accepte d’être aidé. Il fallait que je réapprenne la vie, la joie et la confiance. Je m’accorde plus de temps, je me donne une joie de vivre nouvelle. Je ne suis pas guérie (d’ailleurs peut-on vraiment « guérir »? Question pour un champion…), mais je suis heureuse. C’est sûrement le meilleur remède aux angoisses. Le bonheur fait taire la peur.

Me, Myself And I

Il ne faut surtout pas se laisser faire! Battez-vous, ça en vaut toujours la peine!

Cette série de photo je l’ai nommé « Me, Myself And I, Selflove » parce qu’à la fin il y a que Moi pour prendre les bonnes décisions, celles qui me conviennent, il n’y a que Moi pour m’aimer plus que tout,  comme Je suis.

Merci à ma copine  P.  tu ne sais peut être pas mais tu m’as sauvé la vie.

Vous aimerez peut-être aussi

13 comments

Répondre

Ton article m’a beaucoup émue.Je me suis retrouvé dedans peut être pas pour les mêmes raisons.Quand on est une personne joyeuse de nature les gens ont du mal à voire à travers nos rires nos vrais émotions et quand il s’avère qu’on n’arrive pas à exprimer ses sentiments on se retrouve seul au monde. J’espère que tu vas mieux maintenant et que l’avenir sera meilleur.Bisous Miss.

Répondre

comme tu peux le constater je vais bien meiux; des bisous

Répondre

Merci d’avoir partagé cela avec nous quand bien même ce n’est pas chose facile. La simplicité du ton en utilisant des mots propre à vous rends la lecture fluide et compréhensible,sans termes psychologiquement incohérents . Je peux me douter par quoi vous avez dû passer et le gros effort que vous avez produits pour rendre vos jours meilleurs. Pour certains cela prendra du temps mais je crois qu’avec vôtre article on encaisse un coup de peps pour aller de l’avant et surtout nous en sortir par nous même en toute situation.
Pas facile mais possible.
Du courage et bonne continuation.

Répondre

ùerci beaucoup miss pour le soutien et tout.
je suis très contente que cet article ait pu toucher plus d’un.

Répondre

Cet article est tellement sincère et intime, ça touche le coeur,merci Miss Akouvi

Répondre

Hello ma belle ! Tu fais bien d’en parler parce que non seulement tu aideras d’autres personnes mais en plus tu te sentiras libérée d’une certaine façon.

Répondre

merci cherie

Répondre

merci miss Akouvi pour ton message! on ne se rend peut être pas compte sur le coup mais la dépression est bien réelle. je suis un peu comme toi. une fille aux multiples humeurs! Profitons de la vie avec le sourire!

Répondre

ah oui contente de savoir que j’ai des collègues d’humeurs lol

Répondre

Waouh !!!! Eh ben dis donc !!! Il faut avoir un putain culot pour devoiler une partie de sa vie ainsi. Tes mots m’ont touché… J’admire ton courage et ta force d’avancer dans cette vie. Desolée sincerement par ce par quoi tu as eu a traverser. La vie n’est point facile. Ton histoire m’a bouleversé profondement… J’ai eu les larmes aux yeux… Ca m’a rappelé certains moments tres penibles de ma vie. Dieu seul sait de quoi je parles. Mais comme tu l’as dit ca vaut la peine de se battre. Je me bats moi aussi. Merci a Dieu que tu as eu cette amie la qui a su rester et etre la avec toi. Merci a elle. Merci de tout coeur pour tes mots, tes paroles reconfortantes aussi tristes qu’elles paraient l’etre, elles nous apprend que la vie est faite ainsi et il ne faut jamais se decourager. Il faut vivre avec et patienter que ca passera. Tout n’est qu’experience pour nous rendre plus fort a l’avenir. Beaucoup de courage a toi miss akouvi et bonne chance pour ton blog, ta carriere et ta vie. Puisse Dieu te benir.

Répondre

amen
et merci beaucoup pour le soutien

Répondre

What a touch

Répondre

thanks Dear, very happy you are touched

Laisser un commentaire